Per Diem & Co

FR

10. Présentation FR

Présentation

mardi 4 avril 2017, par perdiem

"La danse commence dans le processus qui précède la naissance", écrit le chorégraphe Ushio Amagatsu. De fait un spectacle de Sankai Juku ramène toujours aux origines du monde, au chaos organique d’où naît la vie pour mener à la mort.
… La vision des danseurs au crâne rasé et au maquillage très blanc suscite toujours une émotion profonde, véritablement unique. Sans renier radicalement le mouvement butô et la "danse des ténèbres" qu’elle a contribué à faire connaître en France, la troupe a ouvert son répertoire sur un art plus universel. Entre la prégnance des corps et la permanence sensible de l’esprit, Sankai Juku trace une nouvelle frontière chorégraphique, celle de l’absolu.
I.C. in ZURB@N


Sankai Juku a été formé en 1975 par Ushio Amagatsu qui fait partie de la deuxième génération de danseurs Buto ; Tatsumi Hijikata et Kazuo Ohno en étant les pères fondateurs.

Le Buto est une forme qui transcende les réactions de la génération « post-Hiroshima » au Japon et qui jette les bases d’une approche radicale de la danse contemporaine japonaise à partir de la fin des années 50.

En 1975, Amagatsu entame une série de longs stages sur plusieurs mois pour former sa propre compagnie. Des 30 garçons et filles du début il ne restera à la fin que 3 hommes. Sankai Juku sera donc masculin !

Son nom Sankai Juku signifie littéralement « l’atelier de la montagne et de la mer » par référence à ces deux éléments déterminants de la topologie du Japon. _
La première production d’importance de Sankai Juku fut « Kinkan Shonen » en 1978. Elle révéla la direction artistique d’Amagatsu qui donna du Buto une image plus claire, plus transparente, plus cosmogonique.

En 1980, Sankai Juku est invité pour la première fois en Europe. De cette première rencontre physique avec des cultures étrangères, Amagatsu développe sa théorie d’un équilibre entre les cultures « ethniques » dont la sienne, japonaise, avec une forme de recherche d’universalité.

Pour Amagatsu, le Buto n’est pas simplement une technique formelle ou un style académique, mais il tend à articuler le langage du corps afin de trouver, au plus profond des êtres, un sens commun, une universalité humaniste, quitte à recourir parfois à la cruauté ou à la brutalité.


Sa recherche personnelle est basée sur un « Dialogue avec la gravité », titre de son ouvrage paru en 2001. Le danseur utilise la pesanteur non pas comme un adversaire mais comme un allié dans son mouvement.

Grâce à ses tournées internationales annuelles depuis près de 30 ans, mais aussi par des ateliers et master classes que Sankai Juku dirige à Paris, au Japon et ailleurs, le style propre de Sankai Juku et son esthétique si particulière, ont aujourd’hui diffusé dans le monde entier. Ils influencent désormais un nombre grandissant d’artistes dans les domaines aussi divers que ceux de la danse contemporaine, mais aussi du théâtre, de la peinture, de la mode, de la photo…

Aujourd’hui Sankai Juku est sans nul doute une des compagnies japonaises qui tourne le plus à l’étranger (plus de 43 pays visités régulièrement, 700 villes) avec une attention toute particulière pour la France.

Sankai Juku, dont tous les membres vivent au Japon, y prépare ses nouvelles créations et ses tournées internationales. Les bureaux de Sankai Juku sont installés à Tokyo. La compagnie y gère toutes ses tournées au Japon, en Asie et Océanie. Elle dispose d’un agent pour ses tournées en Amérique du Nord (Pomegranates Arts) et d’un agent en Europe (Per Diem & Co).

Depuis 1993, Pierre Barnier (Per Diem & Co) produit et organise les tournées de la compagnie en Europe, Moyen-Orient et Amérique du Sud et assure la coordination des activités françaises d’Amagatsu et en particulier avec le Théâtre de la Ville, l’Opéra de Lyon, les Editions Actes Sud, éditeur d’Amagatsu en France, et Numéridanse.

Note : Sur l’histoire de Sankai Juku, voir l’ouvrage autobiographique d’Ushio Amagatsu, "Des Rivages de l’Enfance au Buto de Sankai Juku", Ed Actes Sud 2013.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0